Espace Employeurs

Accueil » Espace employeurs » Aides au recrutement

LES AIDES POSSIBLE AU RECRUTEMENT D’UN SALARIÉ HANDICAPÉ

Il existe des aides mobilisables dans le cadre d’un recrutement d’un salarié reconnu travailleur handicapé pour une durée de 6 mois minimum et sous certaines conditions.
Ces aides au recrutement ne sont plus automatiques mais doivent être prescrites par les organismes de placement spécialisés : Cap Emploi, Pôle Emploi, Agefiph, le SAMETH (voir notre page « Trouver un collaborateur »).

1. Les aides techniques

Aujourd’hui, il est possible de louer du matériel, de télécharger des applications numériques facilitant une communication adaptée, d’identifier des véhicules, des lieux de travail, d’hébergement adapté, de repérer des structures d’accompagnement et de conseil.

2. Les aides humaines

De nombreux cabinets, d’associations et de professionnels peuvent vous conseiller, vous accompagner pour la mise en place d’aides techniques et de financements.

La Mission Handicap saura vous mettre en réseau.

3. Les aides financières

3.a Les aides au recrutement

L’aide à l’insertion professionnelle

Cette aide financière est destinée à l’employeur pour l’embauche d’une personne handicapée en CDI ou en CDD supérieur ou égal à 12 mois. Cette aide n’est pas cumulable avec l’aide à l’embauche PME.

Montant de l’aide :

  • 2000 € pour un contrat à durée indéterminée (CDI) ou durée déterminée d’au moins 12 mois à temps plein.
  • 1000 € pour un contrat à durée indéterminée (CDI) ou durée déterminée d’au moins 12 mois à temps partiel d’une durée minimum de 24 heures.

Conditions pour en bénéficier :

L’aide s’adresse aux employeurs de personnes handicapées les plus éloignées de l’emploi, c’est à dire présentant au moins l’une des caractéristiques suivantes :

  • Agée de 45 ans et plus.
  • Demandeur d’emploi ayant travaillé moins de 6 mois consécutivement dans les 12 mois précédant le recrutement.
  • Sortant d’un établissement du secteur protégé ou adapté (Impro, Ime, Esat, EA, CRP…).
  • Embauchée par le même employeur en CDI ou CDD (minimum 12 mois) suite à un ou plusieurs contrats totalisant au moins 6 mois dans les 12 derniers mois.
L'aide au contrat d'alternance

Cette aide est destinée à l’employeur dans le cas de la contractualisation d’un contrat en alternance, d’au moins 6 mois, avec un salarié reconnu travailleur handicapé.

Montant de l’aide :

  • 7000 € maximum en fonction de la durée du contrat.
  • Une aide complémentaire est proposée si un CDI ou un CDD d’une durée minimum de 12 mois est signé à l’issue de la période d’alternance (d’une durée au moins égale à 6 mois).
L'aide au tutorat

Cette aide vise à améliorer l’intégration professionnelle d’un salarié handicapé suite à son recrutement ou favoriser son maintien dans l’emploi. Elle est mobilisable avec tous les contrats de travail (dont les contrats en alternance).

Montant de l’aide :

  • Plafond de 2000 € pour les CDI et CDD de 12 mois et plus (80 heures maximum de tutorat au coût unitaire de 25 €).
  • Plafond de 1000 € pour les CDD inférieurs à 12 mois (40 heures maximum de tutorat au coût unitaire de 25 €).
  • La formation du tuteur est plafonnée à 1000 € (par tuteur).
L'aide à la formation emploi d'avenir

Cette aide s’adresse aux employeurs des secteurs marchand ou non marchand ayant recruté un jeune handicapé en contrat initiative emploi (CIE) ou en contrat d’accompagnement dans l’emploi (CAE) dans le cadre du dispositif des emplois d’avenir.

Montant de l’aide :

Participation  à hauteur maximum de 80% du coût pédagogique d’une formation diplômante ou certifiante, en complément d’un cofinancement (Opca, Conseil régional…).

L'aide à la formation contrat de génération

Cette aide est destinée aux employeurs éligibles au dispositif des contrats de génération pour leur permettre de proposer une formation aux jeunes et/ou aux seniors handicapés pendant leur contrat.

Montant de l’aide :

Prise en charge jusqu’à 80% maximum du coût pédagogique d’une  formation d’une durée comprise entre 100 et 250 heures,
en complément des cofinancements mobilisables (Opca,…).

Vous pouvez retrouver toutes les aides proposées par l’Agefiph sur l’onglet recrutement-intégration

3.b Les aides à l’aménagement et la compensation du handicap

Quelques exemples de compensation en fonction du handicap :

Handicap moteur

Pathologies :

Paralysies, amputations, infirmité motrice cérébrale, spina bifida, myopathie…

Exemples de compensation et aménagement :

Accessibilité des lieux et des espaces de travail et de restauration par le biais de rampe, d’élévateurs. Mise à hauteur du bureau. Adaptation du véhicule, prise en charge du transport

Handicap visuel

Pathologies :

Cécité et malvoyance, amblyopie, achromatopsie…

Exemples de compensation et aménagement :

Loupe grossissante, plage braille, logiciel de lecture vocalisée, de contrastes, d’environnement de lumière, d’affichage des informations…

Handicap auditif

Pathologies :

Surdité totale ou surdité partielle : hautes ou basses fréquences

Exemples de compensation et aménagement :

Prothèses auditives, sous-traitance avec des services d’interprétariat à distance, ou sur site…

Handicap psychique

Pathologies :

Psychoses, schizophrénie, trouble bipolaire, troubles graves de la personnalité (border line…).

Troubles névrotiques comme les TOC (troubles obsessionnels compulsifs), l’hypochondrie…

Exemples de compensation et aménagement :

Aménagement du temps de travail, de l’environnement, de l’organisation des taches, de leur anticipation…
Faciliter le télé-travail si propice.
Réduction du stress et des imprévus.

Handicap mental

Pathologies :

Trisomie 21, poly-handicap…

Exemples de compensation et aménagement :

Aménagement du temps de travail.
Réduction du stress et des imprévus.
Adaptation individuelle du travail en fonction de la personne et de ses capacités intellectuelles, de compréhension et de participation.

Maladies invalidantes

Pathologies :

Asthmes, allergies, rhumatismes, troubles musculo-squelettiques (TMS).
Maladies cardiovasculaires, maladies infectieuses ou auto immunes, VIH, épilepsie, diabète, mucoviscidose, sclérose en plaque, le cancer…

Exemples de compensation et aménagement :

Aménagement du temps de travail.
Faciliter le télé-travail si propice.
Anticiper la fatigabilité : mi-temps thérapeutique…

Vous pouvez retrouver toutes les aides proposées par l’Agefiph sur l’onglet compensation du handicap